Les grandes dates des malheurs du Cameroun depuis 1984: La fin du monde est elle proche por notre pays? SIGNES DES TEMPS...

Auteur  
# 29/09/2010 à 10:20 Vivien NJOUNGUI EDOUNG
LES GRANDES DATES DES MALHEURS DU CAMEROUN DEPUIS 1984: LA FIN DU MONDE EST ELLE PROCHE POUR NOTRE PAYS ? SIGNES DES TEMPS …



Depuis l’entrée du Cameroun au 21eme siècle, le pays de ROGER MILLA subit un véritable purgatoire. Une succession de malheurs qui démontrent à suffisance que le Cameroun continu de faire face à un spectacle cauchemardesque .En un mot , pas besoin d’être un expert en questions humanitaires encore moins spécialiste de l’observatoire social pour déduire que l’année 2011 s’annonce peut être fatale pour notre pays. Entre accidents de circulation, incendies des marchés, propagation du virus cholérique, le constat permet de conforter la thèse selon laquelle, le Cameroun subit de plein fouet les conséquences d’une décrépitude politico-managériale. Les signes avant coureurs de l’apocalypse peut on penser.

- UN PASSE CATACLYSMIQUE …

Avant d’en venir aux faits les plus récents, remontons le temps pour mieux comprendre que l’histoire du Cameroun depuis plus de deux décennies s’écrit en lettre de sang. Un fait visible qui fait dire à la classe politique que la modernité du Cameroun se fera au prix des innocentes vies humaines ; ou encore, le Cameroun ne franchira le bout du tunnel que lorsque toutes les populations seront passées de vie à trépas. En effet ,outre la période de maquis donc les séquelles restent gravées dans les mémoires de nos grands parents encore vivants,l’histoire tragique du Cameroun commence le 06 Avril 1984 .Cette année là, à la faveur d’un coup d’Etat manqué,plus de 1200 camerounais sont tués. En 1988 soit 4 ans plu tard, le pays vit sa plus terrible catastrophe naturelle ; environs 1785 morts au Lac Nyoss à Bamenda. Un record certes jamais atteint, mais qui ne sera qu’une goutte d’eau voulant remplir le vase. Dès la décennie 1990,le peuple camerounais n’aura que quelques mois de bonheur pour savourer les délices de l’avènement du multipartisme et de la libéralisation de la presse .Un peu plus de 400 morts sont enregistrés pendant les villes mortes. Quelques sept ans après,une nouvelle catastrophe frappe le Cameroun ;235 personnes trouvent la mort dans la catastrophe ferroviaire de Nsam Efoulan ;nous sommes exactement en fevrier1998.Quelques mois plus tard,et pour rester dans la même mouvance pathético- meurtrière,presque 800 camerounais sont exterminés par le très célèbre commandement opérationnel.
A partir de l’année 2000, une nouvelle ère souffle sur le Cameroun. Un nouveau millénaire, bien sur !!Quoi de plus normal ?un millénaire qui fera dire à certains que notre pays a définitivement rompu avec sa série noire de malheur ; non sans savoir qu’un malheur ne vient jamais seul. Les accidents de circulation imposent leur dictat. La colère de DIEU re-décent sur le Cameroun. En 2003 dans un accident sur la route Douala -Yaoundé au lieu dit Ebombé, 32 morts sont sur le carreau. L’année 2007 est aussi remarquable dans l’histoire pathétique du Cameroun. Elle qui démarre précisément le 05 Mai avec la catastrophe aérienne de Douala laissant dans la mangrove de Mbanga Mpongo 114 vies humaines de nationalités diverses. Et comme si cela ne suffisait pas, au mois de Novembre de la même année, une collision entre 2 trains dans la banlieue de Ngomo ôte la vie à 37 pauvres camerounais. Un mois après, c’est-à-dire en décembre, la route Douala-Bafoussam non loin de Njombé Penja, 32 personnes sont arrachées à la vie. En février 2008, à peine avoir pleuré les morts de 2007, les émeutes de la faim secouent le Cameroun. Le nombre de décès exacte reste toujours un mystère mais,il oscille entre 40 et 150 .En 2009,encore et toujours sur la route d’Edéa à un jet de pierre de Boum Nyebel ,20 morts sont enregistrés dans un accident de circulation parmi eux ,deux hauts commis de l’Etat.
- UN PRESENT EFFROYABLE …

Nous voici donc en 2010 ; et le Cameroun continu sa marche vers le gouffre infernal. Consternation générale en début d’année. Le marché Congo de Douala l’un des plus importants de la sous région Afrique Centrale donne le coup d’envoi d’une série des incendies des marchés. Le dernier en date est celui de Bonamoussadi à Douala survenu le 24 Novembre 2010.Jusqu’ici ,17 marchés importants à travers la République ont déjà volés en fumé. Le drame continue son bout de chemin. Au mois de Mai plus tard, précisément le 06 Mai, une frayeur et une panique totale s’emparent du peuple camerounais. le premier cas de choléra est signalé à l’extrême nord du Cameroun ; tel un migrateur chevronné,le vibrion cholérique doit élire domicile dans la région du nord. Les chiffres officiels font état de 400 morts en 4 mois et demi. Et comme pour enfoncer le clou dans une plaie déjà béante, la capitale Yaoundé elle aussi menacée, est sevrée d’eau potable. Les populations ne savent plus ou mettre la tète .Ici, c’est le sauve qui peut dans un contexte ou le vibrion cholérique « ne donne pas le lait » au premier contaminé.Le mois de septembre à peine sonné pour une rentrée scolaire paisible, les accidents de circulation reprennent droit de cité. En l’espace d’une semaine, 03 accidents sont enregistrés sur la nationale N°3 Yaoundé-Douala. Alors que les pouvoirs publics sont engagés dans une vaste campagne de prévention et de sécurité routière, le 07 sept 2010 ,la localité de Ngwei non loin de Puma sur la route Yaoundé-Douala donne le ton ;1er accident ,05 morts. Le 13 Sept à Mapubi à 40km d’Edéa, 2eme accident 06 morts. Le lendemain 14 sept à Nkozoa sur la nationale n° 4 Yaoundé- Bafoussam, la route avale 04 personnes. Le 19 sept 2010, à la sortie de Douala à destination de Bafoussam, un nouvel accident envoie dans les cercueils 04 vies. La pudeur nous impose à ne pas parler de ceux qui se tirent des accidents avec des membres amputés.


- UN FUTUR APOCALYPTIQUE…

Au regard de ce qui vient d’être évoqué, les experts n’ont pas manqué de s’étonner sur cette recrudescence des accidents de circulation. Le Burkinabé SIDIKE SIDIBE expert transport et sécurité routière, nous confie que le Cameroun possède l’une des accidentalités les plus meurtrière du continent Africain. Les statistiques officielles sont nocives et atroces. Environs 10000 personnes meurent chaque année des suites d’accidents de circulation, donc plus de 1200 sur l’axe Yaoundé- Douala, presque autant sur l’axe Yaoundé-Bafoussam faisant de ces axes le triangle de la mort. Autant d’indices autant de faits macabres qui démontrent clairement que l’établissement de l’acte de décès du Cameroun n’est pas bien loin.
Signes des temps ou fin des temps ? Débats ouvert…

DIEU BENISSE LE CAMEROUN!!!

Vivien NJOUNGUI EDOUNG
# 29/09/2010 à 10:34 Vivien NJOUNGUI EDOUNG
Chers lecteurs,très chers condisciples;ce travail ou si vous voulez,cet article est le fruit de deux mois de recherches.voyez vous,Il est important de connaitre les grands moments les plus inoubliables de notre pays afin de contribuer fermement à sa construction.(souces:les archives nationales,les cahiers de mutations,les dossiers et documents de Germinal.Vos commentaires et vos critiques attendus. BONNE LECTURE A TOUS.
Amicalement votre,
Vivien N.E
# 01/10/2010 à 11:36 Ange NGAMO
Salut Vivien,
merci pour tes recherches et la profondeur de ton article. Avec tout le repect que je te dois, je crains que notre site ne soit pas la plateforme indiquée pour ce genre de discours.Je te prie donc de faire le tri avant de publier la prochaine fois. Notre forum n'est pas une église ou un parti politique mais un espace, un carrefour autour de LMF et de ses épigones.
je compte sur ta compréhension.
Cordialement,
Ange NGAMO,
Webmaster.
# 12/02/2013 à 07:49 Surehhjaty (site web)
Karolcia
Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

lmf-05-photos.jpg